27/09/2004

Vos coquelicots...


 
Et si vous me confiiez vos coquelicots ?  
 
Envoyez-moi un mail.  Par retour de courrier, je vous confie mon adresse, pour les photos...

15:52 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Les coquelicots d'ElfikA


 
 
Un coquelicot se dit "Poppy" en anglais.  Pop, plop...  le bruit minuscule de l'éclosion...
 
Merci Sweeety, encore une fois. 

14:04 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Les coquelicots de Ian Britton


 
Suivez ce lien.  Des millions de perles rouges.  Merci Zabou...
 
http://www.freefoto.com/browse.jsp?id=12-14-0

13:56 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Les coquelicots d'Etienne


 
Un jour, j'ai reçu un vrai courrier.  C'était une lettre d'Etienne, à laquelle était jointe une petite pochette, remplie à moitié de graines de coquelicots.  La première moitié avait été retirée et semée dans son jardin.  La seconde est à présent dans la terre, près de ma terrasse...

13:33 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Les coquelicots de Teen Spirit


 

Dans les champs batifolent les coquelicots
Divines déesses aux imperceptibles mots
L'une d'elles relève sa rouge crinière
Me lance un regard, je lui chante fière:

Aime-moi

Je serais ta belle fleur de passion,
Fleurissant sous le coup de l'émotion
Le plus tendre des nectars que tu puisses imaginer
T'offrant la plus douce des immortalités

Frôle mes pétales, caresse mes mains
Intoxique-toi de mes enivrants parfums
Libère pour moi un flot d'amour latent
Tandis que tu me plantes délicatement

Protège-moi, naïve je me livre à toi
La nature sauvage seule nous vaincra
Cette flamme, chère femme coquelicot
Ne s'éteindra certainement pas de si tôt

Alors émerveille-moi encore et toujours
Initie-moi à un tout autre amour
Repose-toi, réchauffe-toi dans le soleil
Je t'explore avidement, fleur de merveilles
 

                 Teen Spirit


13:27 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le coquelicot de Sweeety (2)


 
Un des coquelicots les plus précieux que je possède.  Celui de Sweeety, reçu il y a trois mois.  Les examens commençaient.
 
Je l'ai gardé jalousement jusque aujourd'hui.  Il est à vous, maintenant...

13:19 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les coquelicots de Patrick et Nadi


 

Comme promis, je replante mes coquelicots…  Les vacances sont terminées.  J’ai enfin le temps de me poser et de vous les livrer.  

 

Je recommence le semis avec un mail très touchant, reçu au début des vacances, avant de rejoindre la Provence.  Voici les coquelicots de Patrick et Nadi…

 

Bonjour Cri,

 

Merci de me permettre de vous faire partager une photo que nous aimons particulièrement.

Ma compagne m’avait un jour demandé, par défi ou par amour, de lui trouver un coquelicot.  (Je me demande pourquoi tant de gens aiment cette fleur ?)

Et hop, en voiture Simone, direction la Bretagne.  Un week-end gastronomique de rêve, et moi et le déclencheur automatique lui offrons cet instant et instantané magiques.

Je vous souhaite une bonne journée…

 

Patrick et Nadi.


13:09 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/09/2004

A vite...

Très bientôt, de nouveaux coquelicots...

18:26 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/08/2004

Les coquelicots fleuriront toujours

Mes coquelicots ne fâneront pas.  Je ne les laisserai pas fâner.
 
C'est juste que les vacances continuent.
 
J'ai enlevé de mes parterres les vieilles branches de coquelicots, desséchées...  Les feuilles suivantes pointent déjà le bout du nez...  Fleurs magiques.
 
Des dizaines de coquelicots attendent de rentrer dans ce jardin...
 
Mes yeux s'en vont goûter les coquelicots espagnols, et provençaux...  Retour à la fin du mois doux, comme le dit joliment Sweeety...
 
Mon jardin n'en sera que plus beau, j'espère...

16:08 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

07/07/2004

Vacances...

J'ai coupé il y a deux jours les bouts de mes coquelicots.  Ils sèchent à l'abri de la pluie.  Quand je reviendrai, j'en récolterai les graines, pour en planter à nouveau.  Des milliers de coquelicots...
 
Je pars.  Le temps m'a manqué pour poster toutes les fleurs que vous m'avez envoyées...  Ce sera chose faite à mon retour, à la fin du mois.
 
Si vous avez une fleur à confier, ce jardin est un abri très sûr...
 
Je vous embrasse.

15:43 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

05/07/2004

Les coquelicots de Thierry des Ouches


 
Trop occupé à observer les derniers coquelicots qui prennent vie dans mon jardin, trop occupé à guetter les taches rouges le long des voies de chemins de fer ou ailleurs, j'en oublie de m'occuper de ce jardin... 
 
Un certain CyrilBJ m'envoie ceux-ci, en lien...
 
http://www.thierrydesouches.com/pager2.html 

10:06 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

18/06/2004

Le coquelicot de Neige (2)


 
"Un coquelicot tout frais ceuilli ce matin dans un talus, tout frais posté en rentrant du boulot. (...)J'espère que tu pourras le prendre et le replanter au jardin rouge.
Amicalement. Neige"
 
Pour le Jardin rouge, m'écrit-elle.  Voilà, il est replanté...  A l'abri de la tempête qui se déchaîne devant mes fenêtres pour l'instant.

15:08 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Les coquelicots de Sweeety...

Les coquelicots de Sweeety ont un côté félin, bien sûr...  Elle y joint ce poème de Paul Claudel...
 
"Pour te redonner le sourire", m'écrit-elle...  Depuis le début, Sweeety est là, précieuse...
 

 

          Le dernier rêve s'est enfui,
          Une lune sans couleur
          Trépasse au fond de la nuit.
          Qu'ai-je fait de la douleur?
          Le jour nouveau, il a lui !
          Vite, levons-nous sans bruit !
          Quelle est cette divine odeur?
          Le dernier rossignol s'est tu
          Turlututu !
          Il est c inq heures du matin.
          Un ange chante en latin.
          Juin pendant que je dormais
          S'est mis à la place de mai.
          C'est lui qui vient de m'octroyer
          Cette rose de pleurs noyée.
          La terre a reçu le baptême.
          Bonjour, mon beau soleil, je t'aime !
          Un peu mouillé mais tout neuf,
          Le voici qui sort de son oeuf,
          Rouge comme un coquelicot.
          Cocorico !
          Tant de gaîté, tant de rire,
          La caille qui tirelire,
          Le bœuf et le gros cheval
          Qu'on mène chez le maréchal,
          Comme un enfant à mon cou
          Le baiser du vent sur ma joue,
          Tant de clarté, tant de mystère,
          Tant de beauté sur la terre,
          Tant de gloire dans les cieux,
          Que plein de larmes le vieux
          Poète reste à quia
          Alléluia !                       "L'aube de juin", P. Claudel

 

                  http://sweeety.skynetblogs.be


09:33 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/06/2004

Les coquelicots de Sephiraph


 
Aaaaah Sephiraph, encore un grand personnage...  Voici ses coquelicots, photographiés, si je ne me trompe pas, il y a quelques semaines...  Il me joint ce très beau texte de Mouloudji...
 

Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
Mais pour aimer les coqu'licots
Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :
Quand j't'aurai dit, tu comprendras !
La premièr' fois que je l'ai vue,
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu d'un champ de blé.
Et sous le corsag' blanc,
Là où battait son cour,
Le soleil, gentiment,
Faisait vivre une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

C'est très curieux comm' tes yeux brillent
En te rapp'lant la jolie fille !
Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop
Pour expliquer... les coqu'licots !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà
Quand je l'ai prise dans mes bras,
Elle m'a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire,
Dans la lumière de l'été
On s'est aimé ! ... on s'est aimé !
Et j'ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cour,
Qu'à la plac' du baiser
Y avait comm' une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure
Ta p'tit' histoire, et je te jure
Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot
Ni cett' passion... des coqu'licots !
Attends la fin ! tu comprendras :
Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !
Et le lend'main, quand j'lai revue,
Elle dormait, à moitié nue,
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu du champ de blé.
Mais, sur le corsag' blanc,
Juste à la plac' du cour,
Y avait trois goutt's de sang
Qui faisaient comm' un' fleur :
Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !
Un tout p'tit coqu'licot.

 

http://sephiraph.skynetblogs.be


19:11 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/06/2004

Les coquelicots d'avril de Dydou d'Orcanie

    

 

          Coquelicot d’avril aux pétales fragiles

          Glisse le long du fil d’un amour juvénile

          Coquelicot d’avril aux couleurs éclatantes

          S’agite dans la brise d’une envie si latente

 

          Princesse rêveuse, accroche implacable du désir

          Attise en moi mille démons refreinant leurs plaisirs

          Princesse rêveuse, fille du temps, enfant de l’enfance

          Réveille en moi moult sentiments en transhumance

 

          Idylle discrète et secrète fuyant tumultes impétueux

          Me forçant à admettre ce seul amour merveilleux

          Idylle secrète bouillonnant en un alchimique anathème

          Me commettant à hurler l’irréversible Je t’Aime 

 

          Coquelicot d'avril aux pétales subtils

          Frémit dans l'air glacé d'un hiver devenu sénile 

          Coquelicots d'avril aux éclats de soupirs

          Attendant du printemps une promesse d'avenir.

                   http://orcanie.skynetblogs.be/

14:30 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/06/2004

Ephémère...

Mons, 8.50.

 

C’est au petit matin qu’ils sont les plus beaux.  Lorsque je m’apprête à partir pour l’école et que je les observe depuis la terrasse ou la cuisine.

 

De la cinquantaine d’éclosions quotidiennes, resteront seulement quelques fleurs, quand je rentrerai à la maison cet après-midi.

 

Dans l’herbe, comme tous les jours, des dizaines de pétales, rouge vif aujourd’hui, rouge vin demain. 

 

La beauté serait-elle éphémère ?


19:01 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

09/06/2004

Les coquelicots d'Oskar Koller


 
Une litographie d'Oskar Koller... 
 
Un divan, thé au jasmin, vapeurs d'opium...  Envie d'Asie...
 
http://www.galerievita.ch/kuenstler/koller.html

22:39 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Le coquelicot qui a séduit Imagine...


 
 Surprenant...  Envie de me perdre dans ses méandres de labyrinthe...

     http://decidela.skynetblogs.be


18:55 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/06/2004

La Femme coquelicot

" D'abord, c'est une simple présence à ses côtés, puis l'impression se précise : quelqu'un ralentit.  Quelqu'un retient sa marche près de Marthe.
   Une femme.
   Sur le sole, l'ombre dessine une silhouette en tenue courte et des cheveux qui flottent au vent.
   La femme hésite.  Elle non plus ne semble pas dérangée par le piétinement, l'impatience de la foule.
   Pourquoi cette femme ne va-t-elle point son chemin ?  Pourquoi donc demeure-t-elle dans les pas de Marthe ?
   La question demeure sans réponse mais le cheminement commun dure.  Il dure longtemps.
   A la longue, Marthe ne déteste pas se sentir à l'unisson de l'inconnue.  Cette marche ressemble à un échange, une conversation muette.
   Puis soudain la femme s'arrête, à peine, un très bref instant, celui qui décide Marthe à se tourner vers elle, à la regarder enfin...
   C'est le rouge qui domine et une étincelante chevelure brune.  Mais voilà, il ne s'agit pas de n'importe quel rouge !  C'est le rouge du coquelicot, une couleur que Marthe reconnaît aussitôt.  Sa couleur, la couleur fétiche.  La couleur interdite.
   Cinquante années tombent d'un coup.  Cinquante années d'un mur de sable gris, car la femme inconnue est vêtue d'un corsage coquelicot, vaporeux, largement échancré sur la gorge, et ce corsage est étrangement semblable à celui que Marthe avait porté tout l'été précédant ses fiançailles avec Edmond, avant qu'il soit banni impitoyablement de sa garde-robe d'adolescente.
   Inexplicablement, malgré le coeur stupéfait, malgré l'émotion drue, Marthe se sent sourire.
   Elle sourit à cette inconnue.  Elle sourit à sa liberté.  Elle l'approuve.
   Et la femme coquelicot va rendre le sourire, avec une sorte d'acquiescement, comme si elle aussi approuvait quelque chose de Marthe.
   Leurs chemins se séparent...
   Qu'était devenu le corsage proscrit ?  L'avait-elle jeté, offert à l'une de ses amies d'alors ?  Elle l'a oublié.
   On dit du coquelicot qu'il serait la fleur du désir.
   Et si c'était le désir qu'elle venait de rencontrer dans la rue, le désir coquelicot ?"
 
                   Extrait de "La Femme coquelicot" de Noëlle Châtelet,
                   Livre de Poche n° 14610

 

01:45 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/06/2004

Les coquelicots de Maurice Carême

         

 

          "Le village, derrière un vaste champ d'avoine
          Où pétillaient de grands feux de coquelicots,
          S'étendait aussi blanc qu'un fer de pertuisane
          Luisant dans une salle obscure de château..." 

 

                                               Maurice Carême, Brabant

 

 

Merci à Neige...


14:53 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Le coquelicot de cbj... magnifique...


 
 
                                 "Les étoiles de la nuit
                                 étaient jaunes de feu
                                 au ciel rouge des coquelicots" 
 
 
http://dayafterday.skynetblogs.be
 

14:43 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les coquelicots de Neige...

   

 

 

     C oeur noir en étoiles rouges éclatées,
     O n dit de toi que tu flambes en été,
     Q ue tu tombes et meurs en une heure,
     U ne fois que la main s'est posée sur ta fleur,
     E t qu'au vase clair ton pied doit s'abreuver.
     L e monde étourdi va si vite qu'il a oublié,
     I nnocence, regard, beauté et champ de blé,
     C oquelicots, boutons d'or, aubépines, achillées.
     O riflamme d'une enfance lisse et colorée,
     T u chantes en nous, doux rubis des prés...

 

Un acrostiche…  « Je l’ai écrit pour toi », me dit Neige.

 

Sa plume est magique. 

 

http://neige-litterature.skynetblogs.be

Tableau de Roger Joseph Lévy

13:05 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/06/2004

Les coquelicots de Chloe et G

Ils ont pris des risques énormes en s'arrêtant sur le bord de l'autoroute, pour me photographier leurs coquelicots...
 
C'était une journée au zoo...
 
Cliquez pour agrandir, bien sûr.

http://chloe.skynetblogs.be

16:05 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le coquelicot de DonnieD


 

Voici le coquelicot que DonnieD m’a permis de cueillir chez lui…

 

« Au pays de ses souvenirs de vacances, la ville de Béziers, ses monuments, ses arènes, ses jardins … et son coquelicot. » 

 

http://donnie-d.skynetblogs.be


00:44 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/06/2004

Envie de semer ?

Pour la première fois depuis mon arrivée sur la blogosphère, je m’adresse à vous, amis ou visiteurs de hasard…

 

Envie d’un énorme échange de coquelicots… 

 

Des crayons, des marqueurs, du papier, du carton, du tissu, du coton, un appareil photo (Sephiraph, je te fais à peine un appel du pied, là…), de la gouache, des mots ?  Le coquelicot vous inspire, aujourd’hui ?  Envie de semer, d’essaimer ?

 

Un petit mail en cliquant dans la colonne de gauche, et je vous communiquerai l’adresse de destination de vos bafouilles, dessins, pétales et autres pensées… 

 

Et vos coquelicots rejoindront ce jardin, avec les autres, à l'abri...


21:11 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Au revers des talus...

« Mais ça et là, au revers des talus, dans les champs, tout à coup un coquelicot né de la chaleur de l’été, hôte de ses herbes touffues et de son ombre lumineuse, dressait sur le cordon de sa mince tige verte sa fleur éclatante et simple comme un seul vaste pétale rouge. » 

 

             Marcel Proust, Jean Santeuil




20:42 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Un petit abri...

Voilà, ça me démangeait...  Ben oui, je ne fais que parler de vous à Sel-et-Sucre...  Alors, je vous ai trouvé un coin de blogosphère, bien à l'abri du vent et de la pluie qui pourraient vous faire du tort...  Ici, rien à craindre.  Que des amis...

19:34 Écrit par Cri | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |